Projet Ohacalala

Projet Ohacalala: origines

Origines de l’initiative

Le projet de soutien à distance Ohacalala ("bonheur" en macua, un des dialectes parlés au Mozambique) qui est soutenu en Italie par le Cesvitem, est géré sur place par le Watana ("unité" en macua). C’est une association à but non lucratif qui a été fondée en 2002 par une dizaine de jeunes mozambicains. Cinq d’entre eux sont des anciens élèves de l’Escola Industriale de Carapira (EIC), un des instituts professionnels techniques les plus renommés du Mozambique, et qui a été rénové par le Cesvitem au début des années 90, après la fin de la guerre civile. Deux de ces anciens élèves (Adolfo Hilario Saquina et Jacinto Vahocha) ont passé leur Bac en Italie en l’an 2000, à l’Itis Pacinotti de Mestre (institut technique et industriel public), grâce au soutien économique du Cesvitem. De retour dans leur pays, non seulement ils se sont engagés dans le corps enseignants de l’EIC, mais ils ont aussi fondé le Watana pour développer des initiatives au profit des enfants défavorisés.

En 2002, le Watana a fait un sondage dans certains villages du district de Monapo (ville où se trouve la direction de l’association, au nord du Mozambique). Ce sondage a démontré qu’il existe plus de 3.000 enfants vivant dans de mauvaises conditions. Ceci est du à plusieurs raisons : un taux de mortalité infantile élevé, un nombre élevé d’orphelins, l’abandon prématuré des études et les restreintes ressources économiques des familles. Afin de participer à la résolution de ces problèmes, le Watana a fondé le projet Ohacalala, pour les enfants qui ont le plus besoin d’aide.

Traduction vers le français dans le cadre du projet de traduction gratuite pour les ONGs et les associations sans but lucratif. Projet réalisé par Mondo Services et le traducteur Annelyne Lugnier