Projet Kukula

Projet Kukula: origines

Origines de l’initiative

Depuis 1999, le Cesvitem organise des projets de soutien à distance dans différents milieux du Mozambique, et essaye d’aider les enfants faisant partie de familles défavorisées à grandir correctement. L’association est particulièrement active dans les quartiers périphériques de la capitale (Maputo), où, à cause de l’arrivée en masse des habitants des zones rurales, des milliers de familles à la limite de la subsistance ont développé de vastes agglomérations, comme par exemple Xipamanine. Environ 25 000 personnes y habitent dans un espace très limité et dépourvu de tous types de services : les routes ne sont pas goudronnées ; les logements délabrés sont privés d’électricité, de toilettes et d’eau courante ; il n’y a pas de structures sanitaires ni de système de drainage des eaux (la stagnation de l’eau favorise la prolifération des moustiques et, par conséquent, la malaria). Dans le "bairro" ("quartier" en portugais), il n’existe actuellement aucun projet organisé d’assistance et de développement, à part le centre Boa Esperança pour les enfants à la rue - géré par la Croix Rouge mozambicaine – et quelques petites initiatives.

Par conséquent, depuis novembre 2006, le Cesvitem a inauguré le projet de soutien à distance Kukula ("grandir" en dialecte changana). Ce projet vise à favoriser la croissance complète des enfants et des jeunes, jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs 20 ans, en leur garantissant des droits fondamentaux et en favorisant leur intégration sociale. Ces activités seront complétées par d’autres initiatives liées à différents projets, afin d’améliorer les conditions de vie des habitants du quartier, en apportant plus de services de base.

Traduction vers le français dans le cadre du projet de traduction gratuite pour les ONGs et les associations sans but lucratif. Projet réalisé par Mondo Services et le traducteur Annelyne Lugnier