Projet Esperança

Projet Esperança: origines

Origines de l’initiative

Le projet de soutien à distance Esperança ("espoir" en portugais, la langue officielle du Mozambique) est encouragé par le Cesvitem dans certains quartiers périphériques de Maputo (capitale du Mozambique), en collaboration avec la section Médecins Sans Frontières Belgique. Depuis 2002, MSF s’y occupe de séropositifs et de malades du Sida, en leur garantissant des consultations et les soins d’un spécialiste à travers le GATV (Centre de consultation et de tests volontaires), en offrant une assistance à domicile aux malades en phase avancée, en leur fournissant gratuitement des médicaments et en s’occupant des femmes enceintes, positives au test du HIV, afin d’éviter la transmission du virus au fœtus.

Ce projet a favorisé la création d’un grand réseau d’activités qui, grâce au travail de différentes organisations et associations, fournit une assistance sociale, légale et alimentaire aux victimes du Sida ainsi qu’à leur famille. En janvier 2004, Médecins Sans Frontière a invité le Cesvitem à participer à son initiative avec le projet Esperança. Les bénéficiaires de l’aide sont des enfants et des jeunes victimes du Sida, dont les parents, séropositifs, se trouvent en phase terminale ou sont déjà décédés. Certains d’entre eux sont, à leur tour, positifs au test HIV. C’est la section MSF-Lux qui sélectionne les bénéficiaires de l’aide, en choisissant les cas les plus urgents et les plus graves. L’activité du Centre Esperança a débuté en janvier 2006 dans le quartier Maxaquene C. C’est une organisation polyvalente qui représente un point de repère pour les assistants, pour les enfants concernés par le projet et pour leur famille.

Traduction vers le français dans le cadre du projet de traduction gratuite pour les ONGs et les associations sans but lucratif. Projet réalisé par Mondo Services et le traducteur Annelyne Lugnier