Mutitu Water Project

Mutitu Water Project

Plus d'infos

Projet

Le but de ce projet est d’approvisionner les maisons en eau courante les maisons de 250 familles et de réaliser un rêve qui a débuté il y a presque quinze ans. C’est le dernier objectif du Mutitu Water Project, le grand aqueduc qui a été réclamé par la population d’un vaste territoire d’environ 100 km2 se trouvant à cheval entre les districts de Nyeri, de Nyandura et de Laikipia (dans le centre du Kenya), disposé autour de la paroisse catholique de Mugunda. En 1996, après la énième épidémie de typhus provoquée par des sources polluées, la construction d’un aqueduc a été envisagée (en exploitant l’eau du fleuve Makirwaki, près du Parc National Nyandarua). C’est ainsi que naquit le Mutitu Water Project ("mutitu" signifie "forêt" en swahili) ; c’est un grand projet d’hydraulique rurale dirigé par un missionnaire italien, l’abbé Romano Filippi, qui aspirait à approvisionner en eau courante la communauté locale, pour une utilisation domestique et pour l’élevage de bétail ou la culture d’un potager de 500 m2.

À présent, presque onze ans après le début de ces travaux, 25 citernes et 130 conduits d’eau courante ont été installées (soit une longueur totale de plus de 350 kms) et sont en état de marche. Le long des conduits, 1.500 points de distribution d’eau ont été installés ; 94 sont points d’eau communautaires, 48 sont branchements pour des structures publiques, et plus de 1 300 sont branchements pour des particuliers. Ainsi, l’approvisionnement constant en eau est garanti pour
14.000 personnes environ. Les 24 derniers conduits principaux ont été achevés en 2008, grâce à l’aide du Cesvitem. Depuis, le Mutitu Water Project est autonome financièrement, grâce aux cotisations versées par les particuliers pour le branchement, aux bénéfices provenant des factures et au travail bénévole des collaborateurs (156.000 journées de travail gratuit pour le creusage à la main des caniveaux).

Actuellement, 1.700 familles habitant dans la zone desservie par le Mutitu attendent encore le branchement de leur logement au réseau de distribution de l’eau. Le comité de Gestion a reconnu que 500 d’entre elles vivaient dans des conditions d’extrême pauvreté, n’étant sont donc pas en mesure de verser l’unique cotisation de 300 euros permettant d’effectuer le branchement. Ce projet prévoit le financement du branchement au réseau de distribution d’eau de 250 familles appartenant à ces 500 familles extrêmement pauvres, se chargeant de la cotisation pour le branchement. Toutefois, à la fin des travaux, le paiement des factures sera à la charge des familles bénéficiaires de l’aide afin de les responsabiliser.

Traduction vers le français dans le cadre du projet de traduction gratuite pour les ONGs et les associations sans but lucratif. Projet réalisé par Mondo Services et le traducteur Annelyne Lugnier